Bienvenue en Lozère

Perché sur une colline granitique, au coeur de la Margeride, Châteauneuf de Randon conserve ses atouts naturels et son riche passé, notamment grâce à Bertrand du Guesclin.

Le Seigneur de Randon, de retour des Croisades, aux environs du 11ème siècle, quitta le château du "Signal de Randon" pour construire, à l’emplacement des ruines gallo-romaines, le Château-neuf, citadelle qui dominera stratégiquement toute la région. Il ne subsiste aujourd’hui que les ruines d'une tour de l'ancien château appelée « Tour des Anglais ».

Pendant la guerre de 100 ans, les troupes anglaises menaient de nombreux raids dans toute la France et leurs incursions les menèrent jusqu'en Gévaudan. Afin d'obtenir la libération de la citadelle occupée par les envahisseurs Anglais, le Roi de France, Charles V, manda Bertrand du Guesclin qui en commença le siège en juin 1380.

Hélas, il n'en vit pas la libération, car il mourut le 13 juillet d'une congestion. Mais les assiégés finirent par se rendre au connétable de Sancerre.

La tradition voudrait que la mort du Connétable Du Guesclin soit imputable à l'eau trop froide de la source de la Clauze à laquelle il s'était désaltéré. Les habitants de Châteauneuf-de-Randon sont encore fortement endettés à leur libérateur.

Au cours des XVe et XVIIe siècles, il arriva que le château de Randon serve de refuge aux habitants de temps en temps.

Par sa situation géographique, Châteauneuf était un lieu de rencontres et transactions et le roi François Ier y créa les premières foires en 1542.

D'autre part, et selon la légende, la Bête du Gévaudan hanta le canton de Châteauneuf de Randon, et plus particulierement, Montbel, où il massacra des villageois.

De nos jours, en l'absence de château médiéval, le village profite de sa grande place où bat le cœur de ses habitants.